La femme parfaite (est une connasse?)

la femme parfaite

Pensées du soir, bonsoir…

Source: Pinterest
Source: Pinterest

Ca fait des années qu’on peut lire à droite à gauche, au centre, qu’on nous en demande de trop à nous les femmes…. Qu’il ne faut pas céder aux sirènes du  mythe de la femme parfaite, qu’il faut entrer en résistance… Blablabla….

C’est bien beau, mais on fait comment? On renonce à quoi exactement? C’est la question que je me pose? Il nous est permis de faire une croix sur quel pan de notre vie de femme parfaite?

Laquelle ou mieux lesquelles des multiples facettes sacrifier pour souffler, vivre, profiter. Pour ne plus se laisser submerger par toute cette pression de dingue que la société nous colle sur le dos pour faire de nous des femmes brillantes, des épouses parfaites, des mères attentionnées, des amantes qui arrachent tout, des wonder women carriéristes aux dents qui rayent le parquet (mais pas trop) et qui s’épanouissent dans leur travail et gagne un max, des cuisinières inventives, des ménagères organisées, des jardinières surdouées qui cultivent des carottes bio sur leur terrasse, des hôtesses avec une vie sociale bien remplie et j’en passe?

Tous ces trucs assez incompatibles les uns avec les autres finalement.

Pire encore à mon goût on essaie de nous faire croire qu’il serait possible de trouver un équilibre entre tout ça… il parait que ce serait une question de dosage! Et on nous souffle dans l’oreillette que si on n’y arrive pas c’est que l’on ne s’en donne pas les moyens!

Pour être bien,se sentir vraiment vraiment bien, il paraît qu’il faut apprendre à renoncer…. Mais renoncer à quoi exactement?

RENONCER A ÊTRE L’ÉPOUSE PARFAITE?

Et donc devenir celle, qui en rentrant éreintée de ses 10h de temps (non-)effectif de travail, après avoir récupéré petite tête brune à la crèche, et moyenne tête brune au périscolaire, après avoir lancé une machine de blanc, après avoir aidé aux devoirs de grande tête brune tout en donnant le bain à petite tête brune, après avoir récupéré le courrier, se permet de balancer un Findus au micro-onde plutôt que de préparer un petit rôti de veau Orloff  à Monsieur One-Mum-Show en buvant un verre de Chateauneuf du Pape 2010 et en discutant de la menace des missiles nord-coréens et des tensions entre chiites et sunnites au Moyen-Orient…

Le surgelé et le micro-onde sont mes amis (c’est la TV qui le dit). Oui mais si moi aussi je préfère le rôti de veau Orloff avec le Chateauneuf et que je  trouve que le Findus c’est trop degueu? Elle fait quoi, là, dans ce cas la dame?

 

RENONCER À ETRE LA MAITRESSE SEXY POUR MONSIEUR ONE-MUM-SHOW

Genre je vais me laisser pousser le poil sous le bras? Troquer la lingerie sexy (lavage à la main) contre un bon vieux Sloggy (60°/sèche linge)? Réserver la jupe/ porte-jarretelles aux journées de boulot, ou aux sorties. Mais à quoi ça sert de mettre le stagiaire en émoi, si pour Monsieur One-Mum-Show celui avec qui je partage mes nuits c’est jogging Abercrombie & Fitch (au mieux, sinon c’est Kiabi)…Il est certes vrai que de toute façon, il s’endort tous les soirs devant la TV….

Alors soi-disant que c’est pour soi-même qu’il faut le faire, le régime j’entend. Ou le relooking, ou le blanchiment des dents, le tatouage, le piercing, les extensions de cils ou les lentilles de couleur…. Oui j’ai lu dans Marie-Claire  que la femme parfaite avait les cheveux longs, les yeux gris/verts (oui oui pas gris tout simple, gris/verts Mesdames), la taille fine, la poitrine généreuse, des jambes longues et galbées…. Et tout ça après 3 grossesses, c’est encore mieux, sinon c’est trop facile, fingers in the nose. C’est juste une question de self-control, de volonté et surtout de se délester de 600€ de Weight Watchers, sachets hyper-protéinés, Cellu M6, enveloppements d’algues CHAQUE mois d’avril/mai/juin de CHAQUE année. Tout ça pour laisser tomber en juillet et se réconforter en engloutissant 3 Magnums Infinity Chocolat & Caramel par jour….

 

RENONCER À ÊTRE LA MÈRE PARFAITE

Lâcher les enfants avec les 7 fruits et légumes par jour… bio bien sûr. Babycook, dodo à 20h chaque soir (adieu restau, sorties en famille), 3 brossages de dents par jour mais avec une brosse à dents électrique 6000 tours/minutes, sortir dès qu’il y a un rayon de soleil parce qu’il faut prendre de la vitamine D alors qu’on a qu’une envie c’est de s’affaler sur le canap’ ou au contraire, se farcir Mimi Mathy tout le mercredi aprèm, parce que Maman tu avais promis….

Sinon y a aussi les activités du mercredi: poney (pour la relation avec l’animal), judo (pour le self-control, respect blabla), basket/football (pour le coté collectif), baby gym, anglais, guitare…. retour à la maison à 16h pour le goûter: une bonne brioche maison, miam miam, tout le monde se régale, pâte levée 3 fois 2h, pétrissage à la main parce qu’à l’ancienne c’est quand même vachement meilleur….

Tu travailles à 80%, tu as ton mercredi??? et là les copines, celles sans petites/ moyennes/ grandes/ mini/ maxi têtes brunes, s’imaginent que le mercredi c’est shopping et manucure….Les vacances où au lieu de se dorer les fesses au soleil avec un petit mojito sur un air de merengue, les doigts de pieds en éventail, les alizés qui nous caressent la peau dorée, il faut tous se tartiner d’écran total indice 2000 pour donner l’exemple, patauger dans le pédiluve parce que petite tête brune adore ça, dégueulasser son nouveau maillot dans le sable parce qu’il faut faire des chateaux… et prévoir des visites pédagogiques de musées etc pour optimiser les vacances de moyenne tête brune….

RENONCER À BARBIE WORKING GIRL

Savoir dire NON à son boss. NON je ne peux pas rester ce soir, NON je ne pas pas venir exceptionnellement pour le 8ème mercredi d’affilé en réunion, NON je ne peux pas partir 12 semaines en déplacement aux Emirats Arabes Unis, NON je ne suis pas dispo le samedi matin pour des petits dej’ brainstorming. Aller lui annoncer sans trembler que OUI je suis ENCOOORE enceinte (déjà la 2ème fois dans ma vie, quel culot), OUI je vais prendre l’intégralité de mon congé maternité, OUI les gars je vais faire le pont ce week end…et NON je ne suis pas ravie d’apprendre qu’à poste et compétences similaires, je gagne 25% de moins que mes congénères masculins mais j’ai déjà une telle angoisse qu’on m’en veuille pour tous mes NONs et tous mes OUIs que je me TAIS béatement…. qui a décidé que nous vivions dans une société d’hommes décidée par les hommes pour les hommes….??? Bon c’est bien beau, mais si je veux être autonome, épanouie blablabla faut quand même que je gagne ma vie.

RENONCER A ÊTRE LA CUISINIERE/JARDINIERE/MENAGÈRE AVERTIE

Alors ça c’est la grande nouveauté de la dernière décennie. On nous en a rajouté une petite couche supplémentaire ni vu ni connu je t’embrouille! Non mais c’est vrai. Avant (années post-combats féministes) on nous avait dit que l’on pouvait privilégier sa carrière et à la limite si vraiment on voulait on pouvait aussi privilégier ses enfants et laisser de côté sans scrupule les corvées de la ménagère de moins de 50 ans, reléguées dans les bas-fonds de la ringardise. Mais ça c’était AVANT.

Aujourd’hui, notre société de consommation et son marketing plus inventif que jamais, d’un coup de baguette magique voudrait nous faire avaler grâce à toute sorte d’emissions TV au rabais qu’il ne s’agit pas de corvées, mais de plaisir. On se serait donc trompé, mis le doigt dans l’oeil pendant les 40 dernières décennies en « renonçant » aux joies de la ménagère. La cuisine ne consiste plus à nourrir une tribu d’affamés, il faut être inventif, soigner le dressage de ses assiettes, remplir son placard de fèves tonka, poivre de Szechuan et de Thé Matcha…. Et le top du top, c’est maintenant l’art d’aimer faire le ménage. Sur Pinterest, je m’inspire de ces infographies aux typographies toutes mignonnes qui vous feraient aimer le ménage: Lundi: Poussière, Mardi, WC, Mercredi: Repassage, Jeudi: Salle de bain, Vendredi: Rangement, Samedi : Lessive,, Semaine 1: Etage, Semaine 2: RDC, Semaine 3/ Garage…. Semaine 5 Burn out!!!!

Oui mais qu’est ce que je fais si j’aime vraiment ça? La cuisine et le jardinage j’entend, parce que le ménage faut pas déconner on ne m’y prendra pas! Alors le summum c’est qu’en plus il faut savoir doser, faire juste ce qu’il faut pour ne pas vous faire traiter de tyran domestique par l’Homme….

Moi ça m’épuise tout ça. Tout ne serait qu’une question d’équilibre et de dosage…. Alors je vais prendre 12% d’épouse parfaite, 26% d’amante caliente, 35% de mère parfaite, 10% de cuisinière, 5% de jardinière et le reste…. ben le reste je voudrais être moi, tout simplement….

 

Et vous les Wonder women? Vous en pensez quoi? D’accord ou pas d’accord?

 

Pour être sûre de ne pas louper ces articles à venir, vous pouvez vous abonner à mon blog. Pour ceci laissez un commentaire ci-dessous et cochez la case « Prévenez moi de tous les nouveaux articles par mail ». C’est juste en dessous.

5 comments on “La femme parfaite (est une connasse?)

  1. La perfection n’existe pas. Courir après une chimère amènera forcément déception, frustration et mal être avec soi-même et donc avec les autres.
    Au diable les diktats : il faut être bien dans sa peau, simplement et ce n’est pourtant pas si simple. Trouver l’équilibre qui nous convient (boulot, métro, dodo !) et vivre pleinement chaque instant. On ne sait pas ce que la minute suivante nous réserve.

    Nous regardions « En terre Inconnue ». Ce qui m’a frappé dans ces émissions, ce sont le choc des cultures (évidemment) mais le sourire qu’ont ces personnes en toutes circonstances, leur sens du partage, de la solidarité et de l’hospitalité alors qu’elles travaillent très durs. Récemment l’une a dit « on n’a pas d’argent. Pourquoi on en voudrait ? quand on en a, on a peur de le perdre et on pense qu’à ça ».

    Il faudrait de temps en temps arrêter de râler en bon français que nous sommes et juste profiter de tout ce que l’on a, sans chercher plus loin.

  2. J’ai renoncé à vouloir être la femme parfaite après 20 ans de bons et loyaux services comme on dit parce que je me suis rendu compte que j’agissais ainsi pour répondre à l’image voulue par la société et que ca ne me rendait pas pleinement heureuse. Je fais comme j’ai envie, selon ce qui nous rend heureux mes enfants et moi. Je fais mon ménage (ma maison est propre mais pas étincelante), ma cuisine (le micro-ondes me dépanne mais c’est assez rare), je m’occupe de mon jardin quand il le faut, mes enfants sont grands donc ils se gèrent pour beaucoup de choses mais surtout surtout je profite de la vie et des gens que j’aime. Ma prise de conscience ? Des graves maladies autour de moi qui parfois se terminent mal et un voyage à Cuba qui m’a laissée sans voix.
    Notre vie sur Terre est courte. A nous d’en faire une belle vie selon NOS désirs quels qu’ils soient et non selon les diktats de la société.

    1. Bouclette, je te rejoins et j’aime beaucoup ta conclusion!

      Cuba a été le voyage le plus marquant de toute ma vie. « L’atmosphère cubaine » si particulière, le voyage dans le temps, les cubains instruits mais privés de leur liberté d’expression, le communisme et ses répercussions sur la vie des habitants, le fait de ne pas manquer de l’essentiel (contrairement à leurs « voisins » haïtiens, dominicains …) mais d’être privé du plus important à leurs yeux: la liberté. Et tout cela dans cette ambiance si chaleureuse où la musique est omniprésente et guérit les blessures de l’âme et du coeur…

  3. Joli coup de gueule !
    Je te rejoins particulièrement sur le côté complètement WTF! d’essayer de nous faire passer les corvées pour des plaisirs (c’est peut-être le cas pour certaines personnes, mais par pitié, qu’elles n’en fassent pas une généralité).

Laisser un commentaire: