La cup & moi : best friends ever

Hello les Filles, aujourd’hui je vous parle de mon expérience avec …la cup. Ben oui on a vu plus glamour comme topic, je sais 😉. Mais vous savez que j’aime les sujets variés 😂 et selon moi, internet manque encore cruellement de témoignages au sujet de la cup. Il faut multiplier les avis pour que chaque femme puisse se faire une opinion avant de se lancer. La « gestion des règles » est quand même un sujet bien présent dans notre quotidien, à nous les femmes. Pourtant, mis à part les interventions publicitaires des grandes marques de protections hygiéniques jetables, il est bien difficile de trouver des informations ou des études fiables sur les protections hygiéniques. Je vous cite un passage de « Lune rouge: les forces du cycle féminin » de Miranda Gray,  que je trouve particulièrement parlant:

« Dans notre société contemporaine, le cycle menstruel est considéré comme un processus passif dont on reconnaît l’existence, mais que l’on préfère ignorer ou cacher. On demande aux femmes de « faire face » à toute douleur ou besoin sans attirer l’attention sur elles, parce que cela fait « partie de la condition féminine ». « 

Et oui les nénettes… en 2018 on en est là 🙄! Je ne vais pas polémiquer sur le fait que nous vivons dans une société masculine faite par les hommes pour les hommes, ni me lancer dans une envolée féministe ici. Je vais simplement vous parler de mon ressenti sur la cup. Je vois régulièrement resurgir dans la presse, des articles au sujet de la dangerosité de la cup ( SCT Syndrome de choc toxique) qui ont le don de m’agacer au plus haut point. Je soupçonne bien évidemment des stratagèmes lobbyistes derrières ces petites manoeuvres et manigances. Parce que si l’on considère que près de la moitié des femmes de cette planète sont en âge d’utiliser des protections périodiques, on se dit que le filon est juteux et qu’il doit représenter un sacré pactole dont on ne parle jamais….  Pour resituer les choses, si l’on respecte quelques règles d’hygiène (et il y en a aussi avec les tampons), les études disent qu’il n’y a pas davantage de risques de syndrome de choc toxique avec une cup qu’avec un tampon.

J’ai donc décidé de vous parler de ce sujet intime d’un point de vue perso en partageant ma petite expérience! J’ai commencé à utiliser la cup en mai 2016, cela va donc bientôt faire deux ans. Pourquoi je me suis lancée dans la cup? Pour deux raisons:

  • Je suis extrêmement méfiante sur la composition des tampons et j’ai une sainte horreur des serviettes hygiéniques. J’étais à la recherche d’une autre solution.
  • Je suis tombée sur les pub Facebook de Claripharm (les petites video de vampires, ben oui marketing quand tu nous tiens 😁…) et j’ai tout de suite accroché à leur ton décalé permettant de dédramatiser toute cette affaire sanguinolente (désolée c’est vaseux je sais 😂)

J’ai alors cherché quelques infos sur le net au sujet de la cup puis j’ai décidé de me lancer avec celle de Claripharm. J’ai commandé un Duopack de Claricup à 36€. Ce qui m’a convaincue à commander chez eux? Les cup en silicone médical de fabrication française (et aussi ce beau violet électrique et leur ton décalé, j’avoue 😂). Je précise que cet article n’est pas du tout, du tout, du tout sponsorisé par cette marque (ni par une autre d’ailleurs) et que je vous parle en toute liberté et objectivité de mon expérience. Alors ça fait un petit investissement au départ, c’est vrai. Mais la durée de vie annoncée est de 5 ans. Je peux vous dire qu’après 2 ans, l’investissement est largement amorti. Puis je voulais deux cups afin d’en avoir toujours une sur moi dans mon sac à main. Si vous optez pour une seule cup, elle est vendu avec sa petite boite au prix de 26€.

Claricup avis
Claricup

Pour info, suivant les recommandations du site, j’ai pris une taille 2. Je pense que le jour où je les remplacerai, je partirai plutôt pour une taille 3, pour augmenter l’autonomie de la batterie… euh de la cup je voulais dire 😉

Je ne vais pas vous expliquer la mise en place de la cup, il y a plein de videos sur ce sujet. La notice d’utilisation vous explique également comment la stériliser la première fois. Je souligne que les premières mises en place sont un peu relou et qu’il vaut mieux avoir un peu de temps devant soi. Essayez tranquillement chez vous à la maison, quand vous êtes seule et que vos enfants ne font pas le pied de grue derrière la porte des toilettes (comme les miens 😂!).… mais une fois que vous aurez pris le pli (c’est le cas de le dire 😉), ce ne sera pas plus fastidieux que de placer un tampon, je vous assure 😉… alors tenez bon, ne vous découragez pas, le jeu en vaut la chandelle!

Une fois en place, vous ne sentez absolument AUCUNE gène, même pour faire du sport. La cup se fait complètement oublier, c’est génial! Les fabricants disent que vous pouvez garder votre cup pendant 6h et qu’il faut ensuite la retirer et la vider, la rincer, la nettoyer avec un savon doux pour éviter le SCT syndrome de choc toxique. Personnellement, je n’ai jamais pu la laisser en place 6h (sauf en fin de règles et la nuit), mais c’est à chacune de voir en fonction de son flux. Les premières fois, quand vous ignorez combien de temps il vous faut pour remplir la cup, je vous conseille d’utiliser un protège-slip. Ensuite ce ne sera plus nécessaire.

Lorsque vous retirez votre cup, procédez délicatement … pour ne pas qu’il y ait d’éclaboussures 😂  Et assurez-vous d’avoir prélevé du papier toilette avant de la retirer car une fois que vous l’aurez en main, ça va devenir compliqué de jongler😂… C’est une petite organisation à mettre en place 😉! oui ma p’tite dame, je vous donne des conseils pratico-pratiques que ne donnent pas les fabricants 😂!

Alors quel est mon ressenti après presque deux ans avec la cup? Et bien je ne reviendrai plus jamais en arrière! La cup c’est tellement pratique! Quel bonheur de ne plus avoir à acheter de protections jetables (ou si peu). C’est mieux pour mon corps, pour l’environnement mais aussi pour mon porte-monnaie.

J’en ai toujours une dans mon sac à main (dans sa boite hein..🙄). Ainsi si je suis en week-end ou en vacances, je ne vis plus jamais le « oh non je n’ai pas de tampon, il est 23h, 😱 la cata ». Il y a toujours cette solution de secours.

Alors certes, j’ai un gros avantage: je travaille à la maison. Je suis donc libre de me rendre aux toilettes quand bon me semble. Parce qu’on ne va pas se mentir, c’est quand même mieux d’être à la maison quand on porte une cup. Au bureau, c’est possible, si les toilettes individuels sont équipés de lavabo. Sinon oubliez. À moins que le fait de sortir des toilettes, tête haute avec votre petite cup à rincer à la main, sous le regard ébahi de vos collègues, ne vous pose pas de problème 😂! Autre option assez discrète, vous pouvez ranger la première cup dans sa boite et la remplacer par la seconde pour laver tranquillement la première à la maison… mais bon ça ne résout pas le problème de devoir se laver les mains, car, me concernant, en début de règles, je peux avoir du sang sur les doigts (ben oui, appelons un chat un chat).

Alors conseil de copine de blog: réservez le port de la cup au moments où vous êtes chez vous, soir et week-end…  pour débuter du moins.

Du coup moi-même,  j’ai encore à la maison un petit paquet de tampons (le même paquet depuis 2 ans) qui ne servent quasiment jamais. Uniquement si je dois m’absenter et que je ne suis pas certaine de trouver les toilettes qui vont bien. Mais c’est vraiment très rare.

Voilà mes petits conseils sur la cup! C’est un sujet un peu intime et délicat, c’est vrai. Je ne suis pas sûre qu’il suscite de nombreuses réactions 🤔. Mais comme j’aime bien parler de mes petites astuces et de ce qui me change la vie, je ne pouvais pas faire abstraction de la cup plus longtemps! C’est vraiment un conseil de copine que je vous donne: n’attendez plus! Passez à la cup 😉!

Des Bisous les Belles 😘

16 comments on “La cup & moi : best friends ever

  1. Moi j’en ai une depuis quelques années. Je fais partie de celle qui ont un flux très abondant alors la cup moi je l’utilise surtout pour la nuit. Elle m’apporte confort et sécurité. En journée le nettoyage après l’avoir vidée et remettre non merci en dehors de chez moi. Donc là je porte une protection traditionnelle. Pour faire mon choix de modèle taille j’avais trouvé un site non sponsorisé. Il fallait réponde à un questionnaire et au terme il te conseillait la marque la taille. Je suis satisfaite de leur conseil. Je vais essayer de vous le retrouver si ça intéresse certaine.

  2. Utilisatrice de cup depuis 2008 je ne reviendrais pas en arrière! EN complément j’ai des protèges slips lavables et je n’achète plus aucune autre protection jetable.
    Au travail j’ai la chance d’avoir un lavabo dans chaque toilette, sinon en extérieur je prévois toujours une bouteille d’eau et je m’en sors vraiment plutôt bien en général.
    Merci pour ton article en tout cas!

  3. Merci pour cet article Cindy! Bientôt 6 mois que j’ai acheté ma cup mais elle est toujours soigneusement rangée dans sa boîte.. .une nouvelle motivation pour passer à l’action. J’appréhende le début d’utilisation et le début du cycle.
    Et même idée que Charlotte: a mon boulot les scènes sont tous type handicapés avec lavabos a l’intérieur.
    Je retiens aussi l’idée d’en avoir 2 et toujours une sur soit.
    Passage à l’acte le mois prochain?

  4. Bonjour, bravo pour le sujet. J’utilise la fip depuis 3-4 ans, ma fille aussi et on en est très contentes! Juste une astuce: utilisez les wc pour personnes handicapées, il y a toujours un lavabo 🙂

  5. Je suis désolée d’avance mais je vais modérer ton enthousiasme.. tt mes excuses! J’ai une morphologie intime particulière : même après 2 enfants je reste étroite et j’ai une hyper sensibilité de la muqueuse. Je ne supporte aucun tampon. . La cup : je la tolère. Elle me sert donc uniquement en dépannage pour le sport mais mon souci et que la tige de retrait m’irrite. Je ai coupé une entièrement sur une de mes cups pour essayer mais là c’est une galère pour l’enlever qui me décourage un peu.
    Donc si vous êtes dans mon cas et qui vous avez un flux très léger comme moi prenez surtout la taille 1 ( normalmt pour les ados.. heu j’ai 40 ans.. bref..). Je ne supporte pas taille 2 que je n’arrive pas à ne pas sentir. La taille 1 me convient mais la tige c’est l’enfer. . Et j’en ai 3 de 3 marques différente. . Même combat, .
    Bon cela dit j’ai une intolérance totale au tampon qui me brûle et jai mal en les enlevant. Avec la croissance j’ai pas le souci mais je triche en la lubrifiant à l’eau ou au lubrifiant pour la mettre. Mais depuis 4 ans que j’ai ma première je n’arrive pas à l’utiliser au quotidien.. Trop contraignant.. voilou pour mon intimité ! !!!

    1. As-tu essayé les cup sans tiges?
      Perso, les seules fois où j’ai ressenti une gêne avec la tige ou la cup c’est lorsqu’elle n’était pas insérée assez profondément (désolée 🙄) …. et pourtant j’ai un périnée très musclé (qui a d’ailleurs posé pb lors de mes accouchements)

  6. Bonjour Cindy,
    Très bien de sortir des sentiers battus ! Même si désormais je n’en ai plus l’utilité (hi hi hi, ce tabou ne me concerne plus et ne me manque vraiment pas !… Oui, je suis libérée de ce soucis !), je ne connaissais pas l’existence de cette « cup ». Dommage car je l’aurais utilisée. Je vais en parler auprès des plus jeunes dans mon entourage. Il est important de relayer l’info car nous ne sommes pas prêtes à en voir la pub chez les médias. Il a été dit que l’invention de la pillule a été celle du 20e siècle. Celle-là n’est pas loin derrière ne croyez-vous pas ? MERCI donc de cette info.

  7. Merci cindy une fois de plus pour ce super article !
    De mon côté ça fait plus d’un an que je l’utilise et je suis complètement fan !!!

  8. Bonjour.
    Je suis ravie que tu abordes ce sujet car je commence de plus en plus à penser à la cup. Je ne travaille pas chez moi, les sanitaires au bureau ne sont pas top mais tu me donne envie de franchir le cap et d’essayer d’abord chez moi. En tout cas continue de varier tes articles, il faut savoir parler de tout. C’est top.
    Aurore

Nouveau commentaire: