Les produits cosmétiques bio: pourquoi?

Produits cosmétiques bio

Aujourd’hui les Louloutes, je vous parle Beauté.  Enfin, produits de beauté. Et plus spécialement produits cosmétiques bio.  Ca fait environ 20 ans que je teste des produits cosmétiques. Je crois avoir en avoir essayé des dizaines ou des centaines:

  • quand j’étais plus jeune: des produits cosmétiques de grandes surfaces: L’Oréal, Gemey Maybeline, Garnier
  • un peu plus tard, des produits cosmétiques de marques que l’on trouve en pharmacie et parapharmacie: Uriage, Avene, Nuxe, Galienic, Caudalie, La Roche Posay
  • en enfin des produits de beauté de marques de luxe comme Chanel, Dior, Guerlain, Lancôme, Estée Lauder, YSL, Shiseido, Sisley,
  • des marques de cosmétiques plus confidentielles comme Shu Uemura, Kiehl’s

Je pensais naïvement qu’en y mettant le prix j’aurai forcément des produits de beauté de qualité. Il faut dire aussi que je suis une personne extrêmement réceptive au marketing. Donc toutes les pubs à coup d’acide hyaluronique, pro-rétinol, fibrelastyl, néo calcium, extrait de pivoine impériale ou d’immortelle, ça me touch(ait)e droit au coeur. Je suis aussi sensible aux emballages, aux jolis petits pots de crèmes, au design… Bref je suis la cible parfaite.

Puis  j’ai commencé à entendre parler des paraben, de phenoxiethanol, de toutes ces autres substances aux noms barbares dont la toxicité avérée nous apparait au fur et à mesure que les études sont publiées. Je ne comprend même pas qu’il ait été possible d’en mettre plein nos cosmétiques (40% des produits cosmétiques contiennent des perturbateurs endocriniens) avant de procéder à des études pour évaluer leurs effets et leur toxicité #mondedefous . Ces perturbateurs endocriniens sont des substances chimiques d’origine synthétique (quelques fois naturelle mais c’est rare) qui perturbent notre système hormonal et nous font cadeau de diabètes, cancers, problèmes de fertilité, maladies neurodégénératives et autres joyeusetés. Bien sûr les marques respectent la réglementation qui limite la proportion de ces substances dans chaque produit. Le problème, c’est qu’ils sont partout: dans nos produits cosmétiques et d’hygiène, mais aussi dans l’alimentation, les produits d’emballage, les bouteilles en plastique etc….Nous y sommes constamment exposés. L’Organisation Mondiale de la Santé a reconnu le danger que représentent ces substances pour notre santé. Mais il ne faut pas oublier que les géants de l’industrie chimique qui fabriquent ces substances sont aussi souvent ceux qui fabriquent les traitements des maladies qui en découlent. Vous me voyez venir. L’UFC-Que choisir a publié récemment une liste de 185 produits d’hygiène et de beauté contenant des perturbateurs endocriniens. C’est édifiant. Ils sont partout.

Il est établi que certaines molécules posent problème. Pour brouiller les cartes, les grandes marques s’emploient à leur trouver sans arrêt de nouveaux noms et synonymes. De manière générale, lorsque vous consultez la liste des composants, méfiez-vous lorsque vous y voyez:

  • des silicones (comme le methicone, dimethicone, siloxane par exemple, ce sont des agents de texture, utilisés surtout dans les shampoings, les crèmes de soin)
  • des parabens et tous leurs dérivés: ethylparaben, butylparaben methylparaben etc (ce sont des conservateurs, ils sont dans de très nombreux produits cosmétiques: shampoings, crèmes de soin, produits pour bébés etc)
  • du triclosan (conservateur antibactérien souvent présent dans les dentifrices)
  • BHA (conservateur et fragrances, souvent présent dans le maquillage)
  • des phtalates (agents fixateurs, ils sont partout et leur mention n’est pas obligatoire dans la liste des composants, ils se cachent souvent derrière le terme « fragrance »)
  • des akylphenols (propriété émulsifiantes, souvent présent dans les produits coiffants)
  • du resorcinol, benzenediol, (propriétés anti-oxydante, utilisée surtout dans les colorations capillaires, plus la coloration est foncée et plus la molécule est présente)
  • benzophenone, oxybenzone,(filtres UV, utilisé dans les crèmes solaires par exemple)
  • butylphenil (fragrance, présente dans de nombreux produits cosmétiques)

Evitez aussi le phenoxiethanol (anti-microbien) qui ne fait pas parti de la liste des perturbateurs endocriniens mais qui est également nocif.

Comme je n’ai pas le eu Nobel de chimie, je suis moyennement à l’aise avec les noms de toutes ces substances chimiques. Heureusement, je ne suis pas la seule! J’ai découvert il y a quelques temps une appli géniale qui te permet de scanner le code barre et ensuite de voir la note sur 10 qui lui est attribuée en fonction des saletés éventuelles que le produit contient (sachant que c’est le contraire de l’école, 10/10 c’est pas bien du tout!). Je me suis amusée à scanner le contenu de ma salle de bain. Alors un grand nombre de mes produits bio sont inconnus au bataillon. Quand c’est le cas, on envoie un scan du code barre et une photo recto et verso du produit. Et ensuite tu reçois une notification quand le produit a été évalué. Par contre tous les produits des major de l’industrie cosmétique sont bien répertoriés eux. Donc les infos sont super intéressantes. A utiliser dès que vous faites vos courses, vous repartirez le caddie vide! C’est très économique en fin de compte. Cette appli s’appelle Think Dirty

Bref tout cela donne le vertige et pendant ce temps là, L’Oréal continue à nous dire qu’on le vaut bien. Merci. Les marques de luxe qui nous vendent des produits dont le prix au kilo est plus élevé que celui du caviar ne font même pas l’effort de nous exempter de ces cochonneries. Moi ça m’a foutu en rogne. Parce que j’ai vraiment l’impression qu’on nous prend pour des imbéciles. On nous vend du cancer, et nous on paye pour ça. #Mondedefous

Alors petit à petit j’ai commencé à me tourner vers les produits cosmétiques bio. Le choix était très restreint il y a encore quelques années. Mais là ça va de mieux en mieux. Je sais qu’il y  a « bio » et « bio« . L’idéal serait probablement que je fabrique mes cosmétiques moi même. Il y a de plus en plus de recettes de cosmétiques bio maison disponibles sur internet. Au moins je serai sûre de ce que j’y mettrais. Mais avec mes 3 petites têtes brunes, je n’ai pas trop le temps.  Alors j’essaye de faire au mieux. La vie est une question de compromis après tout. Ce n’est pas forcément noir ou blanc, tout ou rien. J’ai donc testé différents type de produits cosmétiques bio:

  • ceux de grandes surfaces: Léa Nature, So Bio’Etic
  • ceux de parapharmacie: Bio Beauté by Nuxe, Weleda, Sanoflore, Cattier, Lavera
  • ceux des boutiques bio: Anakae

De prime abord, j’ai été surprise en analysant la composition de ces produits cosmétiques bio. Certains en effet ne contiennent qu’une faible part d’ingrédients issus de l’agriculture biologique. Il y a une explication à cela:

Le label ECOCERT (1er organisme de certification de cosmétiques écologiques et biologiques) impose :

  • L’utilisation d’ingrédients issus de ressources renouvelables et transformés par des procédés respectueux de l’environnement. ECOCERT vérifie donc l’absence d’OGM, parabens, phénoxyéthanol, nanoparticules, silicone, PEG (polyéthylène glycols), parfums et colorants de synthèse, et l’absence d’ingrédients d’origine animale (sauf produits naturellement par les animaux: lait, miel…) ainsi que le caractère biodégradable ou recyclable des emballages
  • Un seuil minimum d’ingrédients naturels et issus de l’agriculture biologique à atteindre pour obtenir le label « Cosmétique biologique » :
    – 95% minimum des ingrédients végétaux de la formule doivent être issus de l’agriculture biologique
    – 10% minimum du total des ingrédients doivent être issus de l’agriculture biologique

Là où c’est trompeur, c’est que certains ingrédients (eau, sel, minéraux etc…) très présents dans les cosmétiques ne sont pas issus de l’agriculture et ne peuvent pas donc pas être certifiés biologiques. Ainsi, les shampoings et les crèmes, qui sont majoritairement composés d’eau, ne contiennent que  10% à 40% d’ingrédients bio maximum. Ça ne veut pas dire que les 60% d’ingrédients restant sont à jeter à la poubelle.

Des produits ne contenant pas d’eau, comme les huiles essentielles par exemple peuvent eux  afficher jusqu’à 100% d’ingrédients biologiques.

Le cahier des charges ECOCERT n’a été déposé qu’en 2003, l’industrie du cosmétique bio est donc une industrie naissante. Les choses s’améliorent à grande vitesse car le potentiel de ce secteur qui n’était qu’une niche il y a a quelques années, est immense. Le choix est donc de plus en plus vaste et le produits de plus en plus pointus. Dans la rubrique « Beauté et soins« , je vais vous présenter les produits cosmétiques bio que je teste, et je vous dirai bien sûr ce que j’en pense!

Pour être sûre de ne pas louper ces articles à venir, vous pouvez vous abonner à mon blog, pour ceci laissez un commentaire ci-dessous et cochez la case « Prévenez moi de tous les nouveaux articles par mail ». C’est juste en dessous.

à bientôt les Louloutes!

One comment on “Les produits cosmétiques bio: pourquoi?

  1. Bonjour,
    j »arrive sur votre blog, je vais d’1 article à l’autre et cela me plait bien. J’ai 2 ou 3 petits soucis surtout au vu de cet article et je vous en reparlerais.

    Je vis bio (ou local) depuis 2 ans et niveau santé c’est fantastique. La dernière chose que j’ai mis en place concernait les soins et le maquillage.
    Je me suis pris la tête plus d’une fois, pour cause de toutes les cochonneries que tu as si bien expliqué. C’est pas simple mais tellement gratifiant (intellectuellement (pour la planète et contre la souffrance des animaux) et physiquement (pour la peau).

    Donc ce soir j’attends avec impatience tes essais, même si nous n’avons pas le même âge (56 ans avec qq ridules).
    Oui je voulais te parler des vêtements que toi et tes lectrices achetés. Je recommande à toutes (impérativement) de laver tous les habits que vous achetez, c’est comme les produits de beauté plein de cracra.

    Et la 3 ième chose, financièrement je ne pourrai pas de suivre mais cela me donne plein d’idées géantes pour le style alors merci.
    Et pour continuer sur le sujet bio, local ….. j’achète souvent en seconde mains (Vind..par ex) voir même en friperie parce que j’adore le vintage.

    Voilà un gros gros pavé, promis je n’écrirais plus avant au moins 2 mois
    🙂
    Bonne semaine

Nouveau commentaire: