Not that perfect

Bonjour mes Belettes!

Une discussion faisant suite à un article sur les menus m’a donné envie de publier un petit billet d’humeur. Cette discussion a été initiée car les menus publiés n’étaient pas très équilibrés. C’est très intéressant parce que ça m’a travaillée et ça m’a fait réfléchir… sur plein plein de choses. Déjà je voulais remercier la lectrice qui a initié cette discussion parce que sur le fond elle a absolument complètement raison: mes menus ne sont pas toujours équilibrés. Et je le sais. D’ailleurs ce n’est pas le but en soi de ces menus. J’essaye de faire en sorte qu’ils soient équilibrés mais ce n’est pas toujours le cas. Si vous êtes en rééquilibrage alimentaire, je ne vous conseille pas du tout de suivre ces menus 😉, qu’on soit bien d’accord! Même si vous n’êtes pas en rééquilibrage alimentaire, je ne vous conseille pas de les suivre non plus. D’ailleurs je pense qu’il n’y a pas une personne ici qui suive à la lettre mes menus. Cette publication de menus a pour but de vous montrer que c’est possible de préparer chaque semaine ses menus à l’avance et que cette habitude s’inscrive dans le temps et cela vous permet également de piocher une idée à droite à gauche et de me demander une recette qui vous branche et je crois que ça fonctionne plutôt bien comme cela.

Toujours est-il que sur le coup, je me suis dis « mais oui ma cocotte, c’est pas très équilibré tout ça 🤔, comment peux-tu faire des frites deux fois dans la même semaines 🙄?!! On est pas chez MacDo ici, quand même, 😂😂😂. Il va falloir revoir tous tes menus, rajouter des légumes, du poulet, du poisson etc « ….et puis soudainement je me suis souvenue pourquoi ces menus ne sont pas toujours équilibrés (car ce n’est pas à mon insu ou en raison d’une quelconque méconnaissance). Pour établir ces menus, je dois prendre en compte plusieurs aspects de la vraie vie:

les goûts des enfants

C’est le plus important pour moi. Je cuisine tous les jours. Je pourrais de temps en temps balancer une boite de cassoulet ou de raviolis dans leur assiette et je ne le fais pas. Je cuisine. Je passe 1 à 2h chaque jour à cuisiner. Et quand j’y consacre ce temps et cette énergie, ce n’est pas pour me battre avec mes trois enfants à table pour les forcer à manger des choses qu’ils n’aiment pas même si c’est pour leur affuter les papilles. Les papilles c’est bien, mais un estomac calé pour retourner à l’école ou pour bien dormir la nuit, c’est encore mieux, selon moi. Je les connais bien mes petits loustics. Je sais qu’ils n’aiment pas le poisson à la vapeur par exemple. Alors j’essaie de cuisiner le poisson différemment. En soi, le poisson cuit à la vapeur serait mieux c’est évident. Mais je préfère qu’il mange un poisson cuit différemment plutôt qu’ils laissent leur poisson à la vapeur dans leur assiette et que celui-ci finisse à la poubelle car j’ai une sainte horreur du gaspillage alimentaire.

-les légumes et fruits de saison chez mon maraicher bio local:

C’est un impondérable. Je suis tributaire de la variété de sa production.  Je vis dans le nord-est et pour manger des fruits et légumes locaux, je peux vous dire qu’on est assez limité une très grande partie de l’année . Donc quand je ne peux pas cuisiner de légumes, les enfants mangent des fruits au dessert. C’est moins bien que des légumes mais c’est toujours mieux que de jeter un chou romanesco inmangé à la poubelle et de finir son repas par une Danette au chocolat.

-la vision globale de la chose:

Je pense que ce qui est important c’est l’équilibre alimentaire dans son ensemble. Manger des lardons ce n’est peut-être pas ce qu’il y a de plus équilibré mais si je vous dis que lorsque nous mangeons des lardons j’en utilise 50g pour 5! Je crois que c’est plus parlant! Nous sommes tous « fins » dans la famille. Personne n’est en surpoids et nous avons une très bonne constitution. J’ai beaucoup de chance car ni moi, ni Monsieur, ni aucun des trois enfants ne sommes jamais malade (je touche du bois): mes enfants n’ont jamais eu d’angine, otite, bronchite, bronchiolite de leur vie…. et je ne parle pas sur trois ans puisque mon ainée a treize ans, je pense que c’est quand même signe que nous avons les apports nutritionnels nécessaires sur l’ensemble….

-le planning de la semaine:

Quand je note « reste » sur mes menus, cela signifie « restes d’un plat » ou différents restes que je combine. Mais cette appellation « reste » permet aussi de caser des invitations, des restau etc, sans me retrouver avec un surplus d’aliments qu’il faudrait jeter à la poubelle en fin de semaine. Mes enfants ne mangent pas les restes, je privilégie pour eux des plats frais. Sauf de temps en temps quand j’ai beaucoup de restes différents et que je leur fais un petit « buffet » où chacun peut choisir ce qu’il veut. Cela leur plait beaucoup et ça permet un moment convivial. Il n’y a que moi qui mange véritablement des restes, les jours où les enfants sont à la cantine et où je suis en mode « bouton maxi-vitesse enclenché-2000 à l’heure » et je suis bien contente de ne pas avoir à me soucier de mon repas. Enfin, quand j’indique des jours et des plats sur mes menus, ils peuvent être permutés au fil de la semaine en fonction des impératifs et imprévus qui viennent se glisser dans mon agenda et du temps que je peux consacrer à la réparation du repas. Je reste flexible.

-le cours de la vie:

Sur les menus de la semaine dont il était question, figurent deux fois des frites. Whyyy??? Sur mes menus habituels il n’y avait pas de steack/frites le jeudi. J’ai du glisser ce steak frites parce que nous avions des « ouvriers » à la maison qui posaient les dernières plinthes de l’extension et qui restaient à midi pour le déjeuner. Le jeudi matin, j’avais mon cours de tricot ❤️. J’ai récupéré les enfants en rentrant du tricot à 11h30 et je me suis arrêtée au supermarché rapidement (shame on me) car je n’avais pas les quantités nécessaires pour réaliser le plat initialement prévu pour autant de personnes. Comme les enfants devaient être de retour à l’école à 13h20 et qu’il fallait nourrir tout ce beau monde, j’ai fais simple et j’ai pris un truc susceptible de plaire au plus grand nombre. J’aurai pu vous raconter des bobards (le mot préféré de ma grand-mère 😉) et mettre le plat initialement prévu sur mes menus. Mais je joue l’honnêteté et je publie mes vrais menus, justement pour montrer aussi que c’est quelques fois loin d’être parfait. Après je précise que je prépare mes frites moi-même à partir de pommes de terre bio, je crois que ce n’est pas ce qu’il y a de pire non plus! Le cours de la vie c’est aussi Monsieur One-Mum-Show qui est parti pour une période assez longue dans les Antilles suite au passage d’Irma et me voilà donc  seule avec mes trois bambins. J’essaie donc de leur programmer des plats qui leur font plaisir, sinon on ne mangerait probablement pas de kebab et de hamburger dans la même semaine 😂. J’essaie aussi de prévoir des plats très rapides à préparer car je ne veux pas consacrer ma soirée à la cuisine et les laisser livrés à eux mêmes. Les deux petits n’ont que 5 et 3 ans et sont loin d’être autonomes.

J’ai conscience d’avoir l’air d’être entrain de me justifier. Ce n’est pas le cas, je viens juste de constater que de fournir ces menus sans la notice qui va avec, c’est un peu contre-productif. Je suis contente que l’on échange au sujet des menus, avoir des petites suggestions toussa toussa. Je ne suis pas fermée à la critique, ne vous méprenez-pas. C’est juste que là où c’est devenu intéressant, c’est que cela m’a poussé à une réflexion plus étendue. Car oui, c’est vrai, ces menus ne sont pas très équilibrés (pour tout un tas de raisons certes, mais quand même pas très équilibrés). J’achète bio tant que faire se peut, je cuisine moi-même et j’évite les éléments préparés. Je prépare mes frites moi-même, mes brioches (toujours), mon pain (souvent), mes yaourts (toujours) et je privilégie les desserts type fruits (sans sucre ajouté). Et je constate là d’un seul coup que je pourrais beaucoup mieux faire. Bien sûr. C’est sûr que je pourrais mieux faire.

Mais est-ce que je peux mieux faire en l’état actuel des choses? Non. Je ne peux pas. Parce que tout ce que je fais déjà me demande énormément d’énergie. Et que je jongle entre cette vie de maman, de cuisinière, de femme de ménage, de femme tout court, de blogueuse, d’épouse, d’amante, d’amie, de working-girl, de bricoleuse, de jardinière, de décoratrice, de confidente, de soeur, de fille. Tout ça me rappelle un article que j’avais publié tout au début de ce blog: « La femme parfaite (est une connasse) ». C’est toujours d’actualité! Nos journées n’ont que 24h, on pourrait toujours mieux faire, et ceci dans tous les domaines. On pourrait toujours être à jour dans tout. Mais la vie, nos vies nous imposent de trouver un équilibre. Et cet équilibre ne peut pas être parfait. Il faut savoir l’accepter et apprendre à lâcher prise…. sinon c’est la culpabilité assurée! Alors continuons de faire de notre mieux tout simplement. Mais notre mieux ne veut pas dire « parfait ». Punaise, je trouve qu’on se met quand même une pression de dingue nous les femmes, vous ne trouvez pas? Vous avez entendu parler de ces histoires de « charge mentale » qui ont fait le buzz il y a quelques semaines et dont on ne parle plus du tout maintenant? Tellement, mais alors tellement vrai…

Voilà les Wonder Women, c’était mon petit mood du jour 😉. Je serai curieuse de lire votre ressenti! Des Bisous les belles 😘 Et une très belle semaine à vous toutes 😍

31 comments on “Not that perfect

  1. J’aurais beaucoup de choses à écrire suite à cet article, mais je ne vais pas me lancer dans un pavé.
    Je voulais juste signaler que je trouve que tu en fais déjà énormément avec ce blog, je trouverais dangereux que tu te retrouves à dériver, à faire des choix qui ne sont pas vraiment les tiens sur le plan personnel, juste pour l’alimenter et parfaire la « vitrine » qu’il représente. Tu n’as pas à être « parfaite » et il y a vraiment des pièges à éviter à ce niveau concernant les réseaux sociaux.

  2. Ton article reflète la vraie vie et nos vies de femme. Parfaite ? Mais qui voudrait être parfaite ? Ce serait ennuyeux à mourir ! Et puis à trop vouloir bien faire (femme d’intérieur, working-girl, amante, maman au taquet, amie toujours dispo…), on finit par tout survoler et ne rien faire de bien. Et surtout, on s’épuise.
    Or on n’a qu’une vie et on doit la chouchouter et la vivre pleinement !

    Depuis ma séparation, j’ai fait faire un tournant à 180 degrés à ma maisonnée composée de mes deux jeunes adultes et moi-même. Pour des raisons économiques, mais aussi pour des raisons de pur plaisir gustatif et de découverte (je suis une groooooooooosse gourmande !), je me suis mise aux menus. En fait je choisis 5 ou 6 plats principaux avec accompagnement que je note sur une feuille sachant qu’il n’y a pas de jour imposé.
    En fonction de ma dispo, de mon envie, je jongle avec mes menus qui deviennent de plus en plus végétariens, plus sains, c’est une vraie nouveauté pour moi et je m’éclate. Du coup, j’expérimente toutes les semaines de nouveaux plats de façon à établir une base solide. Ma fille apprécie beaucoup, mon fils aussi même si manger plus de protéines animales lui manque un peu. Voilà pour la semaine.
    Le week-end en revanche, il y a des plats doudou, des frites, des pizzas et cela fait du bien au mental.
    Un maître mot : du PLAI-SIR !
    Lorsque mes enfants étaient petits, évidemment que je n’aurais pas pu. Mon fils mangeait de tout, mais ma fille, une catastrophe ! Donc oui ce qu’elle aimait revenait souvent au menu, mais c’était le seul moyen de la faire manger.
    Cindy, je trouve que tes menus sont assez variés et recherchés malgré tes deux petits bouts. D’ailleurs je m’en suis inspirée à deux reprises : tes papillotes et tes falafels. Donc surtout continue et j’essaierai de poster mes menus de façon plus régulière également.
    Et si effectivement, il y a 2 fois des frites ou des pâtes dans la semaine, ce ne sont pas tes enfants qui t’en feront le reproche 😀

  3. Bonsoir jolie Cindy,
    Merci pour cet article, je dis juste bravo !
    Bravo pour ton naturel et ton honnêteté ! Enfin quelqu’un de normal c’est pour ça qu’on aime ton blog ma belle! Ne change rien .

  4. rien à ajouter, tout est dit !! on fait ce qu’on peut … et c’est déjà pas mal d’essayer !! nous on mange équilibré le We ( car c’est papa qui fait et papa est très à cheval sur la diéthétique) et la semaine on balaye tout ça avec les repas express de maman ( maman est très mauvaise cuisinière, elle a horreur de cuisiner et papa est un fantôme en semaine et maman préfère avoir du temps pour les devoirs et le câlin du soir.. donc oui on mange des féculent s en semaine.. souvent..), mais maman voudrait faire mieux mais maman pô pas pour l’instant.. car maman n’a pas 12 tentacules.. maman n’est pas une pieuvre supersonique… un jour peut -être.. avec l’évolution de l’espèce on en sait jamais..

  5. Mais merci pour ce poste!!!!
    Merci de ne pas être parfaite!
    Car moi je me bats avec ça et ce n’est pas simple. J’ai du mal à lâcher prise je voudrais assurer au boulot, cuisiner des ptits plats bio équilibrés, faire de la couture, mes albums photos, continuer mes cours de danse, être cool avec mes enfants, reprendre un peu plus soin de moi, etre bien habillee, être une épouse parfaite, chercher une maison… et en fait ce n’est pas possible. Ma fille a 3 ans, mon bébé 8 mois et la journée ne comporte que 24h. Et en plus il faut dormir la nuit. Alors on assure comme on peut et le mieux est de préserver déjà ce qui nous semble le plus important. Bravo à toi pour tout ce que tu fais. Et vive les frites!

  6. Merci pour cet article, avec beaucoup de recul.
    Nous sommes tous différents avec une morphologie différente, une histoire familiale différente, une vie différente et donc des impératifs différents.
    Par exemple je ne fais pas un « 34 fillette » comme on dit, j’ai plutôt la morphologie d’une peinture de Botticelli, je ne « peux » (veut) pas faire de sport car j’ai déjà un travail épuisant (et je fais surement plus de 10000 pas/j à mon travail) et quand je suis à la maison j’ai plutôt envie de me « reposer ». Mon mari a été à la limite de l’obésité alors mes menus « doivent » être autant que possible équilibré (ce qui veut dire pour moi: peu de féculents, beaucoup de légumes, peu de graisse car mon mari à un cholestérol familial). Mais je me bats avec lui comme avec d’autres qui veulent faire attention à leur poids pour ne pas enlever « définitivement » ou diaboliser les plats que j’appelle « doudou » (raclette, frites, gratin dauphinois etc…).
    Enfin le métabolisme basal de chaque personne est différent.
    C’est donc pour toutes ces raisons que j’ai eu envie lors de tes 2 derniers articles menus de partager mes menus. Ils ne sont pas parfaits, mais différents des tiens et donc peuvent aider d’autres. Merci à Bouclette d’avoir fait de même une fois. J’espère que d’autres suivront et partageront leurs idées menus et pourront nous faire découvrir de nouvelles façons d’appréhender certains aliments.
    Les différences enrichissent.

    1. Merci Vero! J’espère aussi que d’autres suivront pour le partage des menus! Merci à toi de le faire déjà de manière régulière! Et c’est vrai que nous avons toutes des impératifs différents qu’il faut prendre en compte! merci à toi 😘

  7. Moi j’aime beaucoup des menus hebdomadaires, j’y pioche souvent des idées, j’ai d’ailleurs fait le fried rice, les spaghettis aurora, et d’autres plats sont souvent déjà au menu chez moi.
    Tu n’as jamais annoncé de menus spécial rééquilibrage et comme tu le dis chacune fait comme elle peut selon ses horaires, ses enfants, son mari 😉 et le budget qu’elle a. Tu fais déjà beaucoup pour varier, je peux dire que nous on tourne souvent autour des mêmes d’une semaine sur l’autre, et si je devais les afficher je serai certainement pointée du doigt 😀 mais je m’en fiche la nourriture doit aussi rester un plaisir.
    Bref continue comme tu le fais ! :-**

  8. Je m’incline devant cet article si criant de vérité!
    Bravo à toi déjà pour avoir accepté la critique, bravo pour la remise en question et les réflexions que cela a provoqué et bravo pour tout cet article.
    On fait du mieux possible, avec nos moyens du moment, ça ne colle peut-être pas à nos images idéales mais on fait comme on peut!!!
    La charge mentale qui a pu passer à côté? Cela m’a énormément parlé, mon mari lui trouve cela trop caricaturé mais il n’est pas dans ma tête 😀 Encore ce matin en me maquillant je pensais à mes menus à prévoir ce week-end car nous recevons des amis du vendredi soir au dimanche midi, à quand j’allais faire mon drive, quand récupérer les courses pour gérer le timing au mieux… jeudi soir oui c’est bien ah mais non j’ai le rendez-vous médical du grand pour son certificat pour le judo, donc vendredi à ma pause déj alors… bref… lui était sous la douche… juste sous la douche :DDD

    1. Bonjour Laurianne,

      La charge mentale ça ne parle qu’aux femmes. Mon mari a une vague idée de ce que ça peut représenter mais il est loin loin loin du compte….le truc dont j’ai une sainte horreur, c’est quand il me dit qu’il « m’aide »…. je ne supporte pas ce mot! au nom de quoi je devrais être aidée? Cela suppose que toutes les charges et corvées n’incombent qu’à moi seule à la base 🙄😭… et je devrais encore m’estimer heureuse qu’il participe selon certain(e)s 😂 bref c’est pas gagné tout ça! je crois que leur cerveau ne fonctionne vraiment vraiment pas comme le notre 😂

  9. Bonjour Cindy,

    Très bon article plein de bon sens!C’est pour ca que j apprécie ton blog,il reflète la « vraie vie »!
    Claire

  10. Coucou, je suis toute nouvelle, c’est la 2 ou 3eme fois que je vous lis et je suis admirative … retraitée encore très active, je n’arrive pas à faire le quart de la moitié de ce que vous faite … mes menus sont souvent fait à l’arraché… parce que j’ai de très vieux parents et je cours, je cours … et je suis en rééquilibrage de menu !
    Malgré toutes les entorses faites à la règle … le rééquilibrage se fait … je vous rejoins … l’équilibre ne se mesure pas au jour le jour.
    Pour la rapidité, j’ai découvert la cuisson silit … pour moi, c’est un plus !
    Continuez avec votre spontanéité, votre style, c’est effectivement généreux, bourré de conseils, sympa à lire et récréatif ! J’apprends plein de choses … je suis nulle en style et je me régale de vos conseils … que je ne suivrai peut être pas, mais qu’importe … cela s’imprime quand même dans mon cerveau ! Merci.

  11. Je suis tout à fait d’accord avec ce que tu dis : la vraie vie c’est bien compliqué et je suis comme toi je préfère nourrir mon enfant même s’il doit manger des pâtes 4 fois dans la semaine
    Tu es bien plus courageuse que moi car je ne divulgue jamais la vraie composition de mes repas sauf quand une recette me permet de faire manger des légumes aux enfants ( et encore jene compte pas le dernier, hum!)
    Je retourne lire l’article que tu cites plus haut. À bientôt

  12. J’adhère à 100%!! Je trouve ça super déculpabilisant justement ces menus ^-^ Ca change des quinoa-tofu! haha!
    Et puis voilà quoi on peut toujours mieux faire, mais on n’est juste pas parfaits! Et heureusement 🙂

    j

  13. Déjà,j’ai trouvé très courageux de publier tes menus.Qui ose publier les menus de la semaine que l’on vient de passer?…..Bien que je sois très sensible à la diététique,chez moi ce n’est pas tjrs top,et l’équilibre d’une alimentation ne se calcule pas au jour le jour mais sur une période(mois ou plus).De plus il faut prendre en compte les habitudes ,en effet un changement alimentaire brutal amène des perturbations(si tout d’un coup tu te mets à manger bcp de légumes tes intestins vont vite hurler)Il y a aussi une chose qui me tient à cœur,contrairement à la sagesse populaire: il faut s’écouter,écouter son corps.Vous est-il déjà arrivé d’avoir une envie folle d’un steak ou d’une autre chose?C’est souvent vôtre corps qui réclame des protéines ou du sucre.Les enfants se tournent souvent sur les sucreries mais il ont des besoins en glucides et lipides bcp plus élevés que les nôtres.Pour terminer je voudrais reprendre une phrase du livre « entretien avec mon évier »(qui est devenu ma bible)l’idée de perfection nous empêche d’avancer,continue Ma Belle,faire au mieux pour toi et les tiens,c’est déjà une prouesse. PS en matière de diététique,un jour on entends une chose e t le lendemain sont contraire

    1. Merci Marie-Christine pour ton partage! Je poussais complètement sur les besoins du corps. Pendant mes grossesses c’était encore plus flagrant que d’habitude! Pour n°1, alors que je en savais pas que j’étais enceinte, j’ai eu une soudaine envie de boire du lait tous les matins (alors que je déteste!), ça a duré quelques semaines le temps de combler une carence en calcium! pareil avec le magnesium du chocolat 😉

  14. Comme toujours un article super ET qui nous fait reflechir…a choisir, je prefere mille fois enregistrer l’importance de planifier mes menus (impact sur le porte-feuille familial ainsi que sur les choix alimentaires, sans compter ma sanite pendant la semaine!), que de lire un enieme article sur ce qu’il faut manger (les nutrients, les calories et les macros). En meme temps, j’eduque mes bambins sur l’importance de l’organisation a la maison et la fete quand je me lache (rarement je vous rassure!) sur un take-away!
    Merci pour tous ces articles, que je trouve tres informatifs, super fun dans l’ecriture, et genereux dans leur contenus, Bonne continuation,
    Maud (une fan en Irlande…)

    1. Merci beaucoup ! Je lâche une info exclusive, la famille One-Mum-Show va même au Mac Do de temps de temps (shame on me)…. 😂. non mais voilà quoi, on jongle, on bricole, on fait ce qu’on peut! merci pour vos encouragements! 😘

Laisser un commentaire: