In my mind – inspirations sur le thème du desencombrement

désencombrer

Bonjour les filles ! Dans cet article datant d’il y a quelques jours, je vous parlais du processus de  désencombrement de la maison.  Rédiger cet article m’a fait prendre conscience de tout le chemin accompli, jour après jour, presque sans m’en rendre compte. Aujourd’hui, je me sens libérée; libérée de tout le bazar accumulé pendant des années. Toutes ces choses qui me polluait insidieusement l’esprit et l’espace.  Désencombrer ce n’est pas juste ranger. Désencombrer c’est commencer à réfléchir sur nos motivations dans la vie. Désencombrer, c’est commencer à prendre du recul par rapport à ce que la société de consommation nous impose. Nous travaillons comme des dingues, nous avons des vies de dingues. Et cela dans l’objectif de consommer toujours plus.  Est-ce vraiment ce que nous voulons pour nos vies?  Le marketing est omniprésent et d’une puissance redoutable, nous créant sans cesse de nouveaux besoins à assouvir. Les blogs sont d’ailleurs de très bons outils pour cela, donnant une nouvelle dimension beaucoup plus personnelle ou intimiste au marketing. Mais c’est le même principe. Combien sommes-nous à cliquer? Tu suis le blog d’une fashionista qui te présente son nouveau look de la semaine. Il y a évidemment une jolie mise en scène. Les clichés sont beaux et vendeurs et elle est tellement loooooove de sa nouvelle écharpe, qui a changé sa vie en lui apportant tellement de douceur, que toi aussi tu es prises d’une irrépressible envie de t’envelopper dedans et de cliquer sur le lien ASOS en dessous de la photo. Et de craquer pour cette écharpe 100% synthétique qui ressemblera à un chiffon dans 3 semaines. Parce que la fashionista te présente principalement des vêtements sortis du carton. Il y a peu de vêtements provenant d’anciennes collections dans ses looks. Et quand c’est le cas c’est au pire du vêtement de l’hiver 2015/2016. En rédigeant mon article sur le pull col roulé, j’ai été effarée de la difficulté à trouver des pulls en pure laine. Ils sont devenus une espèce en voie d’extinction! On te parle de pull en laine quand il y a 10% de laine à peine dans la composition. Je peux compter sur les doigts d’une main les marques qui proposent des vrais pulls en laine. C’est grave. Je vous mets ici le lien d’une video assez parlante que j’ai publiée sur la page Facebook du blog il y a quelques jours.

On nous fait croire qu’il nous manque toujours quelque chose pour être belle; qu’avec cette nouvelle écharpe la vie sera plus douce et que nous aurons enfin du style, comme cette blogueuse tellement cooool. Avec ce petit truc en plus, la vie sera ce que nous pensons qu’elle doit être. Mais qui prend vraiment la peine de se poser et de se demander ce qu’il attend vraiment de cette vie. Nous sommes happés par un tourbillon.  Il est difficile de résister. Il est difficile de ne pas être emporté par ce rythme de consommation frénétique. Je pense aux fêtes de fin d’année qui se profilent et à cette énorme masse humaine qui va arpenter les rues pour remplir la hotte du Père Noël.

Je m’égare, revenons-en au désencombrement. Une fois la maison désencombrée, le vrai challenge c’est de résister au réencombrement! Ce qui encore deux fois plus balèze que de tout virer!

J’ai sélectionné quelques inspirations qui me boostent dans d’éventuels moments de doutes, je les partage avec vous ici (j’espère que vous êtes un peu anglophones):

désencombrer
Pinterest
désencombrer
Pinterest
désencombrer
Pinterest

 

désencombrer
Pinterest
désencombrer
Pinterest
désencombrer
Pinterest
désencombrer
Pinterest
désencombrer
Pinterest
désencombrer
Pinterest
désencombrer
Pinterest

 

 

Et vous que pensez-vous de faire le point et le vide? Avez-vous entrepris cette démarche? Par quoi avez-vous commencé et où en êtes-vous dans le processus? Qu’est-ce qui vous motive? Votre entourage adhère ou pas? Quelles sont vos stratégies et astuces pour résister au ré-encombrement?  J’ai hâte de vous lire? 

4 comments on “In my mind – inspirations sur le thème du desencombrement

  1. En parlant de Noël, c’est sans compter les marques qui font la présentation de nouveaux looks pour les réveillons. Comme si, on n’avait pas dans sa garde robe, ce qu’il fallait pour ces jours là ! D’autant que pour la très grande majorité, ils vont acheter des trucs qu’ils ne remettront jamais.
    Je viens de tomber sur ce type de pub et j’ai pensé à ton article… voilà.

  2. Bonne révision en Anglais !

    Ma démarche de désencombrement vient, en partie, du fait que j’ai besoin d’espace et d’air pour me sentir mieux. Ensuite, ça correspond aussi à un changement de vie et donc d’envies ou de moins d’envies justement. Je pense différemment et je dépense différemment.
    Ta 1ère photo me colle à la peau.

    En revanche, le net ouvre quand même des possibilités positives, comme les échanges ici. C’est un vrai plus. Il faut juste trier dans l’immensité de la toile pour trouver ce qui va nous aider à avancer dans le bon sens du terme.

    Je pense aussi qu’en prenant de l’âge, les priorités changent, on voit la vie autrement quand on frôle le départ définitif d’un être que l’on aime. On se recentre sur l’essentiel, encore faut-il arriver à le déterminer : c’est long, difficile. Se séparer de certains objets peut être douloureux mais pour renaître, c’est capital… D’ailleurs, une naissance se fait dans la douleur.

    Il n’est pas question pour moi d’abandonner la sensation de plaisir pour un achat. Mais je ressens aussi du plaisir à voir le désencombrement (pas vraiment quand je le fais, ce n’est pas super passionnant non plus !).

    Je commence juste. J’attendrai donc un peu pour te dire comment je fais pour éviter le ré-emcombrement.

    1. Bonsoir Fleur,
      Je ne vais pas jeter le bébé avec l’eau du bain! Bien sûr qu’il y a des pépites sur internet! Je suis quelques blogs, pour la plupart depuis plusieurs années (plutôt des blogs cuisine ou voyages et quelques blogs mode …), ça m’a ouvert l’esprit, ça m’a fait découvrir plein de choses . Par contre je supporte de moins en moins les blogs beauté ou mode, parce que je trouve que l’incitation à l’achat (compulsif) y est très forte, mais c’est un avis perso.
      Me concernant, je pense que c’est ma « crise de la quarantaine » un peu en avance: questionnement, envie d’autre chose, dégoût de la sur-consommation etc…. mais il ne s’agit pas de renoncer aux achats ou du plaisir qu’ils procurent! C’est juste que je ressens beaucoup plus de plaisir depuis que ceux-ci sont plus maîtrisés et plus réfléchis! Et qu’ils viennent vraiment apporter un plus dans ma garde-robe ou dans ma décor!

Nouveau commentaire: